Web Analytics
hand-icon

9 Jours / 6 Nuits

hand-icon

Confort

hand-icon

A partir de 1050 €

L’histoire de la CHINE est cyclique … Elle est aussi intimement liée à la grande boucle du fleuve Jaune. C’est là dans le Shanxi et le Henan que l’on a retrouvé la trace de la première grande dynastie royale : celle des Shang (XVème au XIème siècle avant J.-C.) et sa civilisation du bronze.

 

Vers 1027, une nouvelle dynastie l’emporte, celle des Zhou avec pour capitale Chang An, l’actuelle Xian, puis Luoyang. C’est l’époque où se pratique un lent défrichement de la forêt qui recule peu à peu devant les brûlis. On l’appelle la période des Printemps et des Automnes.

 

Mais déjà les premiers envahisseurs venus des steppes du Nord menacent les terres fertiles du fleuve Jaune. Les Zhou restent à Luoyang, mais tout autour pour se défendre, les diverses principautés féodales se regroupent mais se querellent aussi pour essayer de conquérir une hégémonie. C’est la période des Royaumes Combattants. Paradoxalement, cet état de turbulences n’empêche pas la civilisation chinoise de se développer vers un raffinement de plus en plus grand et de voir apparaître des penseurs qui vont prôner des doctrines de grande élévation comme le taoïsme et le confucianisme.

 

En 221 avant J.-C., le prince de Qin, l’un de ces royaumes combattants, prend le titre de Qin Shi Huang Di et devient le premier empereur de Chine. C’est lui qui va fonder l’idée même d’empire chinois unifié dont il va repousser les limites au Sud jusqu’à la mer et vers le Nord jusqu’à la passe de Shanhaiguan. La brièveté de la dynastie Qin ne doit pas masquer son importance : c’est en effet sur ses fondements que s’installe pour quatre siècles la dynastie Han. La Chine doit également à Qin Shi Huang Di la standardisation des poids et mesures, de la monnaie, des caractères de la langue chinoise mais aussi la construction d’un véritable réseau routier et l’unification de la Grande Muraille.


Les Han ouvrent la « Route de la Soie » par laquelle se glisse peu à peu le bouddhisme qui devient religion d’état avec les Wei du Nord à partir de 400 après J.-C. C’est l’époque où sont taillés les grands sites de Yungang et de Longmen. Le Nord est alors morcelé en trois Royaumes dont celui des Wei.

En 581, les Sui regroupent les régions du Nord et commencent les travaux du Grand Canal qui réunit les deux grands fleuves de Chine : le Huang He (fleuve Jaune) et le Chang Jiang (long fleuve ou fleuve Bleu pour les Occidentaux !).

 

En 618, cette dynastie Sui s’écroule au profit de celle des Tang qui va régner jusqu’en 917. C’est alors l’apogée de la Chine qui voit sa culture s’épanouir.

 

Puis les Song règnent pendant un siècle et demi. Leur rayonnement culturel et économique excite la convoitise des peuplades tangout, jurchen et mongole.

 

En 1215, les Mongols de Gengis Khan ne se contentent plus de cette Chine septentrionale mais dévalent à travers tout l’empire jusqu’à Hangzhou. C’est le début de la dynastie Yuan et pour la première fois, une dynastie non Han, non chinoise d’origine, fixe sa capitale à Cambaluk, l’actuelle Pékin, que visitera Marco Polo.

 

Puis la dynastie Ming établit sa capitale à Nankin avant de la ramener à Pékin sous l’empereur Yong Le qui fonde la Cité Interdite et le temple du Ciel.

 

Et enfin, les Mandchous pénètrent dans le Nord et fondent la dernière dynastie impériale des Qing.

 

Après tous les grands événements qui ont marqué les XIXème et XXème siècles (fondation de la République en 1911 et proclamation de la République Populaire en 1949 par le président Mao), la CHINE d’aujourd’hui s’ouvre de plus en plus vers le monde extérieur tout en essayant de résoudre les problèmes d’un pays vaste comme un continent !

 

Tout au long de son histoire, Formose est le lieu privilégié des migrations chinoises, liées au caractère économique ou politique du continent. Mais aussi et surtout, par sa position stratégique, l’« Ilha Formosa », comme la surnommèrent les Portugais, est au cœur de toutes les convoitises. Elle se situe idéalement à proximité des centres de négoce et au carrefour des routes maritimes de la Chine, du Japon, des Philippines et de Hong Kong.

 

La première vague d’immigration provient du continent vers l’an 1000. Au cours des XVème et XVIème siècles, Formose devient le refuge privilégié des pirates et des commerçants d’Extrême-Orient. En 1603, les Chinois conquièrent l’île, puis les Portugais, les Espagnols et les Hollandais prétendent à sa domination. En 1661, un aventurier chinois du nom de Koxinga s’empare de l’île de TAIWAN et en chasse les Hollandais, devenant ainsi le maître incontesté de l’île. Elle devient ensuite une concession de la dynastie Qing après sa défaite lors de la première guerre sino-japonaise en 1895.

 

Après la capitulation du Japon et la fin de la Seconde Guerre mondiale, la guerre civile chinoise, qui oppose les nationalistes aux communistes, tourne rapidement à l’avantage de ces derniers. Le 8 décembre 1949, le leader nationaliste Chiang Kai-shek prend la fuite et se réfugie à TAIWAN où il établit le gouvernement et continue de clamer son autorité légale sur toute la Chine, tandis que la République Populaire de Chine est proclamée sur le continent. C’est le début de la controverse des « deux Chine ». La République de Chine est créée à TAIWAN et les principes du parti unique du Guomindang sont imposés de force dans ce régime totalitaire que Chiang Kai-shek dirige jusqu’à sa mort en 1975.

 

Au XXème siècle, TAIWAN connaît une réussite sans précédent historique en se basant sur une industrialisation massive et rapide, qui, en trente ans, a fait d’une économie essentiellement agricole l’une des économies les plus avancées. L'image que TAIWAN véhicule aujourd'hui est donc celle d'une économie productive sur le plan industriel et ouverte sur le monde.

 

Aujourd’hui, il existe deux Chine comme il existe deux Corée ou comme il existait deux Allemagne. Ainsi, le continent et la province insulaire se considèrent l’un l’autre comme le seul pays chinois légitime et refusent encore de se reconnaître comme deux états distincts. Toutefois, la mise en place de liaisons aériennes régulières est un signe fort en faveur du réchauffement des relations entre la CHINE et TAIWAN.

 

A forte réputation industrielle, forgée par l'étiquette « Made in Taiwan », l’île reste pourtant méconnue. A la fois ultramoderne mais aussi profondément ancrée dans ses traditions, ce dragon de l’Asie vous surprendra et vous dévoilera ses multiples facettes cachées. A TAIWAN, l'hospitalité et la culture asiatique se mêlent au progrès et à la modernité. Contrairement aux idées reçues, l’île est très verte, traversée par la plus haute chaîne montagneuse d'Asie du Nord-Est, et dotée d’un littoral très contrasté avec des plages de sable dans le Sud et des côtes rocheuses et coralliennes. Les paysages de toute beauté sont émaillés de temples et de monastères, de lacs tranquilles, de gorges profondes et de grottes, de bourgades pleines de charme et de villes cosmopolites aux buildings futuristes. Tout un monde insulaire, singulier et encore préservé à découvrir rapidement !

VOTRE ITINERAIRE

 

Jour 01

PARIS / PEKIN (vol)

Jour 02

PEKIN

Jour 03

PEKIN

Jour 04

PEKIN / JUYONGGUAN (126 km)

Jour 05

PEKIN / TAIPEI (vol)

Jour 06

TAIPEI / YELIOU / JIUFEN / NANYA (120 km)

Jour 07

TAIPEI / SHANGHAI (vol)

Jour 08

SHANGHAI / PARIS (vol)

Jour 09

PARIS

Ce voyage vous intéresse ...

Pour obtenir un programme complet et une proposition personnalisée au plus près de vos souhaits et au meilleur rapport qualité / prix, merci renseigner les rubriques ci-dessous :

Chine

Chine et Taiwan sans visa

9 Jours / 6 Nuits

Confort